Le titre fumeux de l’été 2016 : déjà vu ?

IMG_4921Legalize

En 1996, à Bruxelles, une manifestation organisée par nombre de ceux qui ont animé le secteur  » Toxico », des personnalités politiques et médicales en tête, constitue le point d’orgue d’une mobilisation orchestrée par la Liaison Antiprohibitionniste …

Ci-dessous, l’article que Le Soir publie  :

UN APPEL SOUSCRIT PAR 402 PERSONNALITES UNE MANIFESTATION CE SAMEDI DANS LES RUES DE BRUXELLES POUR LEGALISER LE CANNABIS

VANDEMEULEBROUCKE,MARTINE; VAN VAERENBERGH,OLIVIER

Page 31

Légaliser et réglementer la production, le commerce et la consommation de drogues pour mieux les contrôler. C’est un objectif auquel ont souscrit 402 personnalités belges, parmi lesquelles des parlementaires, des professeurs d’université, beaucoup de médecins, de juristes et le Prix Nobel de chimie, Ilya Prigogine. La pétition a été remise jeudi à Raymond Langendries par la Coordination radicale antiprohibitionniste (CORA). Qu’en fera le Parlement ? La commission sur la politique des drogues a auditionné les experts et passera bientôt aux discussions proprement dites. Mais Patrick Moriau (PS), indirectement à l’origine de la commission, est sceptique : 

– Les clivages philosophiques et de génération sont importants. Curieusement, ils reproduisent ceux qui s’étaient manifestés lors des débats sur l’avortement. La comparaison n’est pas inopportune. Car la prohibition des drogues, soulignent des signataires de la pétition, posent les mêmes problèmes de santé publique, d’arbitraire des poursuites et, surtout, d’hypocrisie d’une société qui refuse la réalité d’une consommation de fait des drogues. Les signataires de la pétition veulent que l’Etat se donne les moyens de gérer les drogues, sans les effets pervers et liberticides de la prohibition, précise l’avocat G.H. Beauthier. Le sénateur honoraire libéral Pol Boël se réfère même à la loi Vandervelde (aujourd’hui abrogée) sur la vente d’alcool. Comme le faisait Louis Tobback, ardent partisan d’une répression accrue de la toxicomanie. Mais Pol Boël en tire de tout autres conclusions : Grâce à cette loi, la Belgique est un des seuls pays européens à avoir pu éviter l’abus d’alcool sans le rendre illégal. Il est élémentaire de reconnaître que l’usage des drogues douces est désiré par une partie de la société. 

Les signataires de l’appel veulent au moins que s’engage le débat politique sur un tabou culturel. 750 associations en Belgique se sont déjà prononcées pour une dépénalisation des drogues douces. 

Elles participeront à la manifestation nationale prévue ce samedi à Bruxelles pour la légalisation du cannabis, soutenue par divers mouvements associatifs et politiques, ainsi que plusieurs parlementaires. 

Suite à une décision du bourgmestre, le rassemblement, initialement prévu place Rogier, doit avoir lieu dès 14 h 30 au Mont des Arts. La manifestation, initiative de Liaison antiprohibitionniste, sera suivie dans la soirée de diverses festivités. Le Vlaams Blok par contre, a décidé de réunir ses ouailles à 14 h 30 sur la place Royale, pour manifester… contre la légalisation du cannabis. Et ce malgré l’interdiction du bourgmestre. 

M. Vdm et O.V.V.

Et, à relire en marge de son Plan Drogues, le dossier rédigé par la FEDITO Bruxelloise en 2014, pour « Pour une réglementation du Cannabis en Belgique » !