Si demain je devais (encore) parler des risques (de la consommation) du Cannabis … ( vision générale )

snoop_lion_reincarnated-skeuds

Eh bien, aujourd’hui, je construirais une présentation-clé dont le titre serait plutôt  » Cannabis et Santé ( Publique )  » et selon le plan suivant :

 

 

 

Plan d’une intervention experte ( en psychiatrie )

  1. Typologie des experts  es « cannabis »  = pourquoi les experts ne semblent pas  être d’accord ? Sur quoi les experts s’accordent – ils ? Sur quoi les experts ne sont pas d’accord ? « Forums citoyens ou Académie des sciences ? »
  2. Comment agit le cannabis et quels sont les dommages que sa consommation peut entraîner ?
    1. Le cannabis est une plante qui contient beaucoup de composants dont nombre d’entre eux sont diversément psychoactifs; le Cannabis d’hier, d’aujourd’hui et de demain …
    2. Modes de consommation plus ou moins problématiques
    3. Effets recherchés (pourquoi tant de belges fument le joint)
    4. Dommages immédiats – fréquence
    5. Dommages d’une conso prolongée – fréquence
  3. Dépendance et sevrage : oui, ça arrive mais, le CannaStop, c’est pas si difficle  …
  4. Dangerosité comparée des drogues d’usage : tous les dangers de toutes les drogues en un tableau …
  5. Dommages liés au régime d’interdit légal : Dommage que c’est illégal !
  6. Pourquoi certains médecins sont contre une « légalisation » ( les experts de la peur des dangers ) ?
  7. Pourquoi certains médecins, dont je suis, sont pour une « règlementation »  ? ( les experts de la gestion des dangers )
Et, j’insisterais, au final, c’est banal, sur l’intérêt d’une règlementation de l’accès au Cannabis en me référant à la publication du GREA (⇐ ⇓ CLIC), à propos des modèles de règlementation du Cannabis …

reglecan

 

 

Faire la Politique avant que les politiques ne vous fassent, ne vous façonnent …

La fermeture de Caterpillar, tout le monde s’en empare comme d’un nouvel attentat à la pudeur d’un socio-libéralisme à peine voilé ! Et chacun de s’effaroucher  de la brutalité sans vergogne d’actionnaires qui tranchent plus encore dans le vif de ceux qui subissent déjà , très loin de là, les implacables lois de la traite des laborieux. La Wallonie va mieux puisqu’elle n’est plus le Bengla-Daech de la main-d’oeuvre à bon marché !!!

Allez, un bon petit Bacon au déjeuner, de bons petits Jobs (an  « apple a day » keeps the conscience away ) et tous les Mars attacks  repartent de plus belle…

Se faire des idées avant que les idéologies ne vous les défassent et puis, ne vous effacent   …

Le Bas-Seuil au Brésil, mars 2015 …

BasSeuilRogne

… « en avoir jusqu’au cou » n’aura jamais été si bien représenté !

Dans le regard de cet homme, devant sa maison innondée, quasi ensevelie, une manière dégagée, calme, en colère intérieure, sans demande, le point de mire un peu décalé de l’objectif … du professionnel, un oeil vers celui-ci, presqu’ accusateur, l’autre filant au loin, inquiet de l’avenir menaçant.

Les patients regardent-ils dans la même direction que leur(s) soignant(s) ? Les préliminaires, souvent longs, parfois infinis, consistent pour chacun à dire les maudits malentendus et à les entendre par delà les discours !

Le temps de la vacance

20150704_163744

Vacance, vacuité … la vacance organise dans le temps de vivre, un vide, une expiration, une petite « retraite », entre deux aires, deux ères de travail, de labeur.

Elle vous vide du contenu de la précédente,  elle vous déleste, elle ôte soi de la charge, elle repose la mécanique des aiguilles, elle dépoussière, elle entretient, elle lubrifie, elle distrait les moteurs et l’électronique, avec des ersatz, des imports, des leurres jour et nuit, et toutes charges légères et images digestes et effervescentes.

Et vous en oubliez que ce vide nouveau et arrivé attends déjà toutes les matières de la période qui suit, qui fera immédiatement sa rentrée, en sorte que tout l’art de la vacance réside en l’auto-dyslepsie, l’altération de la conscience de ce qui, inéluctablement, va suivre , croître et emplir.

Bien sûr, très certainement, certains  » gros pleins de souque ferme  » ne parviennent pas à se lâcher la prise, à débrancher, à alterner le courant, voire même pour d’autres encore, c’est à contre-désir qu’ils sacrifient quelques précieux jours de leur unique dopaminosphère, il lavoro !

Cette année, à nulle autre pareille, notre vacance dans le pays de proche adoption s’apparente plus à une répétition générale qu’à une exception, même répétée, puisqu’elle préfigure notre futur postérieur, et toutes les questions de temps qui l’accompagnent.

Après un an de dépôts et de bilans divers, un nouveau projet verra le jour, après un an de gestation et ses nombreuses visites néo-écologiques.

La vacance cette année, est pleine, grosse, de la vie-là, à venir, après un travail d’une vie, pour une autre tranche de vif !

Le compte à rebours se poursuit, continu : dans 246 jours, exactement, votre serviteur passe à l' »heur » d’été !!!

img_5163
La Mass au balcon, lundi 26 septembre 2016

La rentrée des classes ( en lutte ) ne sera en rien, cette année, identique à tous celles que j’aurai vécues : dans 246 jours, à dater de ce moment même, j’en aurai terminé avec cette discipline hautement sportive que l’on appelle encore, communément, le travail. J’en aurai terminé avec les conventions, les contrats et les conditions de …

Je vous propose de nous retrouver, sur ce blog,  aussi souvent que possible pour partager quelques mots et, s’ils sont porteurs, quelques idées aussi sur nos occupations de tous les jours, sur nos actions, nos succès, nos revers, nos coups droits, tordus et autres lobs de service, sur notre environnement si déterminant, socio-sanitairement, sur nos engagements,  nos réalisations, nos tendances cliniques et autres catégories connexes …