Mon petit Papa est mort, le jour de la Saint-Valentin …

Version 2Il aimait sa femme depuis plus de 60 ans, il aimait son fils unique qu’il se plaisait à qualifier de préféré, il adorait ses petits enfants, il en était fier pour ce qu’ils avaient réalisés, par principe et pour toujours, il avait peur pour eux, il leur faisait confiance, il était généreux, il se coupait en mille pour ses proches quitte à y laisser sa peau, il était rigoureux au-delà du raisonnable, il était de ces hommes qui supportent peu de ne pas contrôler les événements, lui qui avait si jeune subi la folie meurtrière des hommes, il était athée, laïc, mais discret, trop, sur ses intimes convictions, il était attaché à l’histoire de sa famille, du peuple juif, il était fier de la longévité de celui-ci, de sa ténacité et des lumières qu’il incarnait pour lui, bien plus que de sa religion et de ses communautés, il parlait et écrivait le yiddish mais pas l’hébreu, il admirait Isarël pour ce qu’il représentait mais était gêné, sans toujours oser le dire, pour ce qu’il commettait au nom de tous les Juifs, il était modeste et ne croyait qu’en les « professionnels »,  il était simple mais se compliquait la vie par crainte du conflit, du qu’en dira-t-on, crainte qui pouvait le rendre maladroit même avec ceux qu’il aimait le plus, il avait le petit doigt sur la couture du pantalon mais pouvait accepter que les autres portassent les jeans, il était sensible mais taisait ses sentiments les plus profonds.

Il était vivant, il était malicieux.

Nous nous aimions malgré nos différences, malgré les distances, lesquelles, manifestement, protégeaient notre attachement indéfectible l’un pour l’autre, nous nous sommes retrouvés, rapprochés, accrochés aussi,  au chevet de sa Rose, son unique, sa précieuse, celle qui lui avait tout donné au temps où il était malade, celle qu’il avait rejointe, plus apaisé, à l’heure de leur pension, bien avant que sa raison à elle, petite maman, ne s’évanouisse dans la nuit, nous nous sommes resserrés au chevet de sa femme qu’il a fini par quitter, à bout de force, la précédant dans l’obscure éternité, comme un brave éclaireur ( שחור הנצח שֶׁל גשש ).

Farewell, little dad, salut, petit Papa, tu es mort le jour de la Saint-Valentin car tu étais un grand romantique, sans conteste; tu es mort pour elle, par devoir, par amour, par amour du devoir.

Je te remercie pour tout ce que tu m’as donné, la force de grandir, la force de marcher, d’avancer, d’affronter, d’apprendre, de donner, de remercier, tu m’as donné les fondations et la liberté de m’émanciper et de m’élever.

Salut petit Papa, Farewell,

Abraham, le pionnier,

Arthur, the King of the Quest …

Médecins du Monde fait de la résistance et ouvre deux maisons médicales pour pallier les effets de la politique de Maggie DeBlock …

mmmdmL’ONG Médecins du Monde a décidé de mettre sur pied à Bruxelles deux maisons médicales afin de mieux gérer l’afflux toujours plus important de patients en situation de pauvreté qui frappent à sa porte, a-t-elle fait savoir dans un communiqué vendredi. Fin de l’année dernière, la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open Vld) avait décidé de réaliser une économie de 7 millions d’euros sur les maisons médicales et, jusqu’à nouvel ordre, de ne plus accorder aucune reconnaissance pour de tels centres.

L’organisation n’a, selon ses propres dires, pas d’autre choix que d’ouvrir elle-même des maisons médicales supplémentaires. « Nous ne le faisons pas pour le plaisir d’ouvrir un nouveau centre, mais bien parce que nous constatons que la saturation de la première ligne de soins de santé conduit à en exclure les personnes en situation de pauvreté ou de précarité. La volonté de Madame De Block est-elle que ces patients se rendent aux urgences dans un état de santé tellement dégradé que leur pronostic vital est engagé? « , s’interroge Nel Vandevannet, directrice des projets belges de l’ONG.

Médecins du Monde relève par ailleurs « la lenteur et la complexité du système de santé belge ». En plus d’offrir une assistance médicale, l’ONG aide également les personnes nécessiteuses à se remettre en ordre administrativement, de sorte qu’elles soient en règle de mutuelle et qu’elles aient accès aux soins de santé. « Il faut parfois des mois pour parvenir à référencer un patient dans le système de santé, et le succès n’est jamais garanti. Résultat: le nombre de personnes précaires qui se retrouvent exclues de l’accès aux soins ne cesse d’augmenter », regrette l’association.

L’ONG signale encore qu’elle doit de plus en plus souvent intervenir dans la prise en charge des médicaments. L’an dernier, Médecins du Monde a ainsi payé pour quelque 105.000 euros de médicaments au bénéfice de patients incapables de les payer eux-mêmes.

Le cabinet de la ministre De Block indique dans une réaction que son ministère a injecté en 2017 quelque 7,5 millions supplémentaires pour les maisons médicales et que treize nouveaux centres ouvriront leurs portes cette année dans notre pays. Il s’agit de centres dont la demande de reconnaissance a été faite avant octobre 2016. Aucune reconnaissance ne sera par contre accordée aux centres qui ont introduit une demande après cette date et ce, jusqu’à ce qu’un audit soit organisé dans l’optique d’améliorer le système. Un montant de 10 millions d’euros a été bloqué dans l’attente de cet audit, souligne encore le cabinet.

Source MEDIPLANET.BE, le 10/02/2017 – 07:26

Je participe aussi à la Tournée Minérale !

tournee

Depuis hier, moi aussi, je participe à la Tournée Minérale, après des années de consommation en constante quoique raisonnable augmentation, quasi tous les jours, plutôt peu et en maintes occasions agréables, mondaines ou intimes, en bonne quantité même si en belle qualité; ahhh, à cet égard, quelle est pas perdue la précieuse illusion psychique que cette subtile combinatoire entre l’arôme, le bouquet, les cépages, la charpente, l’équilibre, le fruit, la larme, la maturité, la puissance, la robe, la souplesse,  les tannins, le volume,  les assemblages  et autres distinctions, cette grande illusion que la santé « somatique », pure, dure, radicale, ignore dans toutes ses longueurs de bouche et transforme, sans la moindre nuance, en cholestérol, neuropathies, Korsakow ( qui rime ski )et qui glisse sur les circonvollutions) et autres crise de foie gras double …

Aucune  de ces dérives ne sont en vue pour moi, je pense, avec certitude,  mais souvent, en ces matins brumeux qui suivent la guindaille,  je me suis dit qu’une pause sanitaire ne me ferait nul mal; mais voilà, jamais, seul, je n’avais pu, jusqu’ici, résister aux bulles apéritives devenues ces dernières années mon minimum syndical quotidien et à la Grappe blanche ou barriquée, cerise sur les tonneaux, en fin d’agape, de ripaille et de festoiement !

Quelle aubaine que cette Tournée qui rassemble les bonnes intentions sans enfer trop, ce Ramadan-Kippour-Carème athée, au thé vert, et qui stimule collectivement une abstinence laïque exclusivement personnelle et intime, sans intention de la donner pour acquit éternel, plutôt comme les UROD  ( ultra rapid opiates detox ) que jadis le discret Dr Jeffrey Marx (Cheltenham, GB  ) consentait à proposer aux lourds héroinomanes pour remise à zéro, contrôle technique, avant reprise de la conso sur un corps et esprit « clean » ( au passage il leur était proposé une prescription de diacétylmorphine dans une visée de RDR ).

Ne pas boire pour mieux boire, arrêter de boire pour mieux recommencer, stopper l’usage, un temps, et c’est pas donné, pour tendre à (ou maintenir, renforcer) un bon usage, libérer son moi pendant un petit mois pour boire librement, quand je veux, ou je veux …

Enfin, je dis ça ( pour moi ) et je dis rien (pour toi, vous, nous, ils !).

La Tournée Minérale, c’est ensemble, mais c’est perso.

En attendant que l’épreuve se corse, et pour nous consoler un peu par le propre de l’homme, à ne pas confondre avec Mr Propre, je nous propose d’en rire, et de revoir ou de voir, pour les plus jeunes, le fameux et délicieux « J’arrête de Boire … «   du regretté « gentil » Bourvil …

bourvilfer
J’arrête de boire avec une volonté ferrugineuse …