Les Cannabis Social Clubs, une culture communautaire comme alternative à la jungle mafieuse …

Un nouvel Opus de Tom Decorte pour avancer vers des perspectives qui favorisent la reponsabilité, l’autonomie, l’information, la prévention des dommages, la connaissance, l’apprivoisement par inclusion culturelle, d’un citoyen toujours pris en  » otage  » dans ce conflit planétaire que se livrent sans « raison »,  les Etats Prohibitionnistes et les Mafia(s) sans frontières.

Merci Tom de m’avoir permis de contribuer, à la marge, à une avancée dans ce sempiternel débat entre morale et connaissance  que tu animes avec courage et intelligence.

 

Maman, as-tu « rejoint » Papa … ?

Version 2

Maman, as-tu « rejoint »  Papa, hier, peu après le midi plein, alors que le soleil brillait haut, dans le ciel du haut Molenbeek, où, vous aviez élu résidence, il y a 50 ans ?

Connais-tu depuis hier un état qui ressemble à la paix, à la tranquilité, avec beaucoup de douceur, de chaleur, car tu étais frileuse, avec le regard d’un autre reconnaissant, car tu craignais la solitude autant que tu chérissais ton indépendance, connais-tu ou as-tu pu te fondre en un tel état de calme et de lumière, dans cet au-delà de la vie, si mystérieux, que nous appelons la mort et que les Egyptiens des temps anciens tenaient pour une mutation, un changement d’état …

Un nouvel état, un bel étage, un autre âge ( l’età, en italien ), une première classe, un éternel véhicule …

La tristesse côtoie le soulagement de ne plus te voir souffrant la vie que tu vivais depuis que la vilaine maladie avait commencé à amoindrir lentement mais sans relâche tes nombreuses et belles capacités, cette vilaine maladie qui jamais pourtant n’aura eu raison de ton humanité.

Nous nous souviendrons tous de toi comme d’une grande dame,  petite maman, comme d’une femme tout en courage derrière une réserve d’une rare élégance.

Toujours je me souviendrai de toi et toujours t’aimerai, pour tout cet amour que tu m’as donné, sans compter.

Après que les hommes en noir t’auront déposée en terre, vendredi, aux côtés de ton époux, ton Arthur, longtemps après que tu auras « rejoint », enfin, l’homme de ta vie, mes pensées iront vers toi qui suis si fier d’être ton fils.

Farewell, petite maman, que la terre t’accueille en son infinie nature.

La promesse …

CasaconFicchi.jpg

La promesse, c’est cet instantané de demain d’un paysage encore largement à venir.

La promesse est prise autant qu’elle est donnée, belle et toute lourde de l’avenir qu’elle envisage ou fausse et trop légère des illusions qu’elle veut faire à son récipiendaire.

La belle et ferme promesse est claire, nette, sans faux-semblant, tous bourgeons dehors comme autant d’appels à projet, toute sève en veine, comme  autant d’énergie.

La promesse est aube, ciel et lumière, gorgée de désir et de limon rouge …                                 La promesse est herbe selvatique, roche mousseuse, maquis en friche et prairie nouricière, miel et agrume, et douce – amère …

La promesse engage et attracte, pousse et tire, rêve et réalise …

La promesse se tient debout, tout au long, et jamais ne s’estompe sinon à se dédire.

La promesse est tenue ou à ce point ténue qu’elle vacille à la moindre partie adverse …

La promesse engage les combats, défie les temps, distrait le présent et  force le passage.

La promesse de demain, c’est bientôt ici et déjà maintenant …

IMG_7345